Comment favoriser le développement de vos cultures et améliorer vos rendements ?

La culture d’oléoprotéagineux

L’agriculture est depuis toujours indispensable au fonctionnement de la société. L’augmentation de la population mondiale, la baisse de la production agricole ou encore la diminution du nombre d’agriculteurs. Ce sont là tant de facteurs qui démontrent l’urgence de trouver des solutions pour favoriser le développement des cultures et améliorer les rendements. La culture d’oléoprotéagineux apparaît alors comme une solution providentielle.

Pourquoi se lancer dans la culture d’oléoprotéagineux

Les oléoprotéagineux regroupent les plantes qui sont cultivées pour leurs graines particulièrement riches en protéines et en lipides. Les plus cultivés sont le colza, le tournesol ou encore les pois et les lentilles. Avec l’évolution de la tendance vers le bio et le « manger mieux », la consommation d’oléoprotéagineux a nettement augmenté ces dernières années. Riches en bonnes graisses et en protéines, ces aliments permettent de maintenir un régime alimentaire équilibré en diminuant progressivement la consommation de viande. Les agriculteurs y voient alors une belle opportunité à saisir. Ces 40 dernières années, la culture d’oléoprotéagineux a considérablement évolué, tant en ce qui concerne les superficies cultivées que les successions culturales. La production mondiale a ainsi largement augmenté. Cependant, la récolte, et par conséquent le prix, varie chaque année en fonction des conditions climatiques et des soins apportés aux cultures. Pour connaître le prix des oléoprotéagineux, l’idéal est de s’adresser à un professionnel ou de se rendre sur les comparateurs de prix sur le net.

Un meilleur rendement grâce à une bonne gestion du sol

Il faut savoir que le prix des oléoprotéagineux varie chaque année. En fonction de la qualité de la récolte, le prix peut soit augmenter soit diminuer d’une récolte à une autre. Par exemple, le cours du colza a bénéficié d’une nette hausse en 2019 grâce notamment à la qualité de la production. L’un des meilleurs moyens pour obtenir de meilleurs résultats est ainsi d’adopter une gestion du sol plus pensée. Un sol appauvri a en effet peu de chances de donner de bonnes récoltes. Ainsi, il est important de diversifier la rotation culturale. Cela consiste à cultiver plusieurs variétés de plantes en alternance afin de maintenir l’équilibre au niveau des nutriments présents dans le sol. Les agriculteurs qui pratiquent cette rotation culturale obtiennent ainsi de meilleurs résultats. Leur récolte est à la fois abondante, mais aussi de meilleure qualité. Il est, en effet, déconseillé de cultiver la même plante deux années de suite. Cela appauvrit le sol et engendre automatiquement un rendement insatisfaisant. À titre d’exemple, le maïs, le pois, le soja ou encore l’avoine se cultivent bien en rotation. De plus, cela vous permet d’obtenir des revenus supplémentaires hors saison de récolte des oléoprotéagineux.

Combattre efficacement les nuisibles

Pour vous garantir un bon rendement, il est également primordial de combattre efficacement les nuisibles. Les insectes provoquent en effet d’importants ravages dans les champs. Une étude récente menée en Europe a estimé l’ampleur des pertes à environ 20% des récoltes. Il devient alors urgent de trouver une solution durable. L’utilisation de pesticides est la solution la plus classique. Toutefois, cela présente certains inconvénients, le principal étant l’inefficacité de la pratique sur le long terme. Exposés régulièrement aux produits chimiques, les nuisibles développent au fil des années une résistance, rendant les pesticides inefficaces. Depuis quelques temps, les chercheurs ont développé une nouvelle technique. Il s’agit de la stérilisation, qui est heureusement de plus en plus utilisée par les agriculteurs. Cette méthode consiste à élever des colonies d’insectes mâles et de les exposer à des rayons gamma pour les rendre stériles. Ces insectes sont ensuite relâchés dans les champs pour prendre la place des mâles sauvages. Cela permet ainsi de réduire le nombre d’insectes susceptibles de s’attaquer aux cultures puisque les insectes ne se reproduisent plus.

L’agriculture est-elle exclusivement réservée aux hommes ?
Quelles sont les meilleures écoles des métiers agricoles en France ?